lalune

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, juin 19 2007

champignons à la grecque

spéciale dédicace à belle-maman

Lire la suite...

lundi, août 21 2006

clafoutis de mon enfance

exactement celui de quand j'étais petit

Lire la suite...

mercredi, avril 5 2006

moelleux au chocolat

voila une recette toute simple qui déchire la mère atomique de la balle avec le short devant le prisu de sa race.
Ou genre style...

Lire la suite...

mardi, février 14 2006

potée

allez, une fois n'est pas coutume, une tite recette.

Lire la suite...

mardi, avril 5 2005

paupiettes

une p'tite recette, ça faisait longtemps.
Pis comme ça, je gueule pas en plus...

Lire la suite...

dimanche, février 20 2005

J'ai testé pour vous...

le confit de canard maison !

Lire la suite...

vendredi, janvier 14 2005

tout soi-même

aujourd'hui, comment faire son propre foie gras.
Oui, c'est pas parce que je suis rentré sur paname et de retour au taf que je vais repenser à la vie locale et ses turpitudes.

Lire la suite...

mercredi, octobre 20 2004

wok ?

Alors que je me trouvais chez Ikea afin d'acheter mon futur mobilier de bureau que bien que je trouvis point encore je ne ramenus, une collègue qui m'accompagnait me demanda si j'avais deux minutes pour qu'elle aille s'acheter un wok. Z'yeux ronds de lalune.
- Euh, c'est quoi un wok ?
- Quoi ? Tu connais pas ? Mais c'est vachement bien pour cuisiner ce truc ! Le fond est très peu large, comme ça moins de matière grasse en contact avec les aliments, donc besoin d'en mettre moins (de la matière grasse, pas des aliments. Non mais je me demande si vous suivez des fois...) et avec le couvercle, tu fais cuire un peu comme à la vapeur, ça change le goût de ce que tu prépares, c'est meilleur et tu cuisines plus léger !!
- Tu sais, moi, pour le moment, je connais guère mieux que la bonne vieille gamelle en fonte...
Bref. Chez Ikéa, actuellement, le wok est à 9€95. Profitez-en m'sieurs-dames !
Le problème qui apparaît pourtant le plus évident avec cette gamelle, c'est son rangement dans une cuisine parisienne... Avec le long manche d'un côté, la poignée en travers de l'autre, les bons 35 cm de diamètre de la bête et son fameux fond étriqué, ben tu peux mettre ça dans rien, et tu peux rien mettre dedans non plus. Ou alors faut jumeler ça avec une lampe et s'en servir d'abat-jour. Encore que comme abat-jour, c'est p'tet un peu trop efficace...
Et sinon, messieurs les cuisiniers ou mesdames les cuisinières, vous connaissiez le wok ?

lundi, septembre 27 2004

Reine de Sabbat

Vu que je dois faire ce gâteau au chocolat pour demain, j'en profite pour poster la recette :
Préchauffez votre four Thermostat 6. Vous prenez 100g de farine, 150g de chocolat, 150g de beurre, 150g de sucre, 4 oeufs, et une bonne pincée de sel. Pour définir la quantité exacte composant une "bonne pincée de sel", je n'aurai qu'une seule réponse : l'expérience !
Vous mettez le chocolat à fondre au bain-marie, et quand il est fondu, vous y incorporez la farine. Vous remuez jusqu'à avoir un mélange bien... mélangé. Vous rajoutez à ce moment-là le beurre fondu, puis le sucre, et enfin les 4 jaunes d'oeufs.
Aorès avoir battu les blancs en neige, vous les incorporez en les aérant bien, au reste de la préparation.
Le mieux est de mettre ça dans un plat à baba au rhum, mais si vous n'en avez pas, un moule à gâteau fera l'affaire.
Laissez cuire une petite demi-heure, et régalez-vous !

dimanche, septembre 12 2004

pour l'apéro

petite recette d'un cake aux olives dont vous me direz des nouvelles.

Pour cela, il vous faut : 250g de farine, un sachet de levure, 20cl d'huile, 15cl de vin blanc, 4 oeufs, 200g de jambon, 150g de gruyère rapé, 75g d'olives noires dénoyautées et 75g d'olives vertes dénoyautées également.

Bon, vu que c'est toujours dit en fin de recette, et qu'à chaque fois c'est trop tard, préchauffez votre four Th 6.

Dans un grand saladier, battez les oeufs en omelette (ça les occupera). Et je rappelle que des oeufs, ça se bat une minute, pas moins ! Ajoutez ensuite la farine, la levure, l'huile et le vin blanc. Remuez bien.

Dans un mixer, mettez le jambon et les olives. Vitesse maxi, jusqu'à ce que tout soit réduit en miettes. Vous pouvez aussi ajouter le gruyère râpé dans le mixer, mais là ça fait limite snob hein...Versez votre réserve de "miettes" dans le saladier et mélangez affectueusement. Si vous n'avez pas inclus le gruyère au passage au mixer, il est temps de l'ajouter !

Le truc chiant de cette recette, c'est qu'il faut deux moules à cake, car la préparation vaut pour deux cakes. Oui, bon, il serait possible de tout diviser par deux dans mes doses, mais c'est tellement bon ce cake aux olives que j'arrive jamais à m'y résoudre. Pour ceux qui n'ont qu'un moule à cake ou qui n'en ont pas du tout, démerdez vous pour mettre ça dans un plat à grattin, chais pas moi, faîtes un effort.

Une fois que vous avez trouvé les récipients susceptibles de contenir votre préparation, enfournez pour 45 à 50 minutes.

Servir froid, avec n'importe quoi qui se boit à l'apéro. Pour accompagner le champ', c'est parfait. Mais même avec un verre de vin ou le premier porto venu, c'est très bien également.

A vot' bonne vôtre !

samedi, avril 24 2004

Secret de famille

Bon, ce titre, ça devrait attirer du monde. Moi ça me plaît de piquer du public à la ferme et aux coloc de mes deux.

N'étant cependant pas si méchant, maintenant que vous êtes là, autant que ça soit utile non ? Alors en première mondiale on the web, voici la recette du gâteau aux p'tits beurres.

Alors, pour faire un gâteau aux p'tits beurres, déjà, il faut avoir des invité(e)s. Cette remarque est valable pour beaucoup de recettes (comme la choucroute ou la raclette), mais je tenais à le préciser quand même.

Ceci étant fait, je m'en vais (mais non, j'rigole), je disais que je m'en vais vous donner la recette pour un petit modèle. Parce que des fois quand tu décides de faire une soirée Renaissance, il faut faire un gâteau avec les doses multipliées par... 6, mais suffit de reporter les proportions.

Donc, pour un petit modèle, il faut : 48 Thé brun (sauf que ça se trouve plus). Vous savez, les paquets bleus nuit. Ben je crois c'est plié. Il faut donc se reporter sur les nouveaux Thé de chez LU (anciennement Lefebvre Utile). 48 Thé de LU donc, 1 oeuf, 60 grammes de beurre ramolli et 7 cuillers à café de sucre. Alors je vous vois venir : vous allez dire 7 cuillers comment ? Ben je vous répondrai oui ! Bien fait, ça vous apprendra à chipoter sur les recettes. Sachez tout de même qu'il faut des cuillers ni trop pleines, ni trop pas pleines.

Dans un saladier, écrasez votre beurre à la fourchette, de façon à ce qu'il soit bien (enfin vous voyez ce que je veux dire...). Ajoutez le sucre et le jaune d'oeuf, touillez lentement, car la crème au beurre ne supporte pas d'être brusquée. Battez le blanc en neige, ça lui apprendra. Et soyez ferme !! Enfin, surtout lui quoi... Et incorporez-le dans votre préparation.

Ceux qui ont lu la recette du pâté aux patates vont dire que je la refais mais tant pis. Il est encore indispensable d'aller faire une bonne dose de café très fort !! Mais une bonne dose là par contre. Ensuite, faut le laisser refroidir.

Quand vous aurez trouvé un plat plat pour disposer le futur parallélépipède rectangle constitué du gâteau, avec une base de quatre par trois p'tits beurres, c'est bon. Chaque petit beurre doit être trempé manuellement (en fait je crois pas qu'il existe de machine pour) entre deux et quatre secondes dans une assiette contenant du café, puis disposé sur le plat. Vous pouvez vous foutre de ma gueule, j'ai l'habitude, mais à moins de deux secondes, votre gâteau sera sec comme une déclaration du Baron Antoine, et au-delà de quatre, vous en aurez surtout sur les doigts. Mais chacun sa merde, pendant ce temps moi je digresse, et le gâteau n'avance pas. Alors Bêêêêêêêêêê !!

Une fois le gâteau trempé dans l'assiette contenant du café, collez-le bien au précédent. Cette remarque ne vaut pas si c'est le premier que vous déposez. Qunad votre base de quatre par trois est disposée, nappez d'une fine couche (ceux qui en tiennent une bonne se démerdent) de crème au beurre, et recommencez à empiler un étage de p'tits beurres. Normalement, vous pouvez faire quatre couches. Ceux qui en font plus sont des tricheurs, ceux qui en font moins avaient qu'à laisser les gâteaux moins longtemps dans l'assiette !! J'vous avais prévenus. Une fois les étages empilés, une dernière couche de crème doit être étalée au-dessus des derniers gâteaux.

Votre dessert arrive en phase terminale (sauf que normalement il aura jamais son bac). Avec un rayon de vélo ou tout autre objet long et fin, percez votre gâteau pour pouvoir le gaver de café. Tant que ça tient, faut en mettre, le bourrer jusqu'à la gueule ! Ensuite, vous déposez délicatement dessus des copeaux de chocolat et quelques morceaux de fruits confits pour la déco. Enfrigotez (ben quoi, on dit bien enfourner) une petite journée et mangez.

mardi, février 24 2004

le fameux...

A la demande générale (de moi) et pour faire également plaisir (à lui), voici la recette du pâté aux pommes de terre.

Préambule : Il vous faudra faire la pâte et la garniture. Vous inquiétez pas, je ne vous laisse pas tomber au milieu. Si il devait y avoir des gros feignants ici, trop peureux pour tenter de faire leur pâte eux-mêmes, qu'ils aillent dans leur supermarché favori demander à dame Marie ou sieur Herta des pâtes brisées toutes faites, qu'ils arrêtent me les briser à moi, et qu'ils ne reviennent pas... Jamais.

Bon, nous voici entre gens civilisés et adeptes de pratiques hautement culinaires (au moins). Pour mener à bien la confection de la pâte, il vous faudra 500 g de farine, 250 g de margarine, 20 cl de flotte et deux cuillers à café de sel.

Tamisez la farine (c'est important) et faîtes-en un puits (soit dans un grand saladier, soit directement sur la table, c'est pas mon problème). Versez au centre du puits la margarine très ramollie (pas fondue, ramollie), la cuiller de sel, et commencez de mélanger le tout. Qauand vous avez bien mélangé, rajoutez progressivement la flotte. Selon la qualité de votre farine, il faudra plus ou moins de flotte, mais vous verrez bien - les proportions sont normalement correctement conçues. Quand le mélange vous colle bien aux doigts et que vous ne pouvez plus vous en débarasser, la pâte est prête. Mettez la au réfrigérateur qu'elle se repose quelques heures. En plus, ça lui rafraîchira les idées.

C'est le moment que vous aurez choisi (sisi), pour éplucher une dizaine de pommes de terre de calibre moyen. Hola, plus fines les pluches !!! Une fois les pommes de terre pelées (c'est pour éviter la répétition avec épluchées), coupez les en très fines lamelles. Un des secrets de cette recette réside dans la finesse des lamelles. C'est très important, alors appliquez-vous.

Votre pâte est maintenant reposée. Sortez la du réfrigérateur et faîtes en deux parties inégales (je dirais 3/5 pour 2/5). Etalez la plus grande partie avec votre rouleau à pâtisserie - que vous aurez pris soin de nettoyer consciencieusement, afin que les traces de sang ou autres morceaux de dents encore présents dessus et vous rappelant votre dernière dispute ne viennent pas perturber le mouvement cylindrique recherché. Faîtes un fond de pâte plus large que les bords de votre moule. Il est conseillé de saupoudrer de farine votre plan de travail destiné à préparer le fond de pâte, mais je dis ça au cas où. Disposez le fond de pâte ainsi réalisé dans le moule choisi, en veillant bien à ce que les bords soient à l'extérieur, et permettent surtout de recouvrir le dessus lorsque ce sera le moment. Disposez dans votre tôle (des fois les tôles ont du lait, mais là non) les lamelles de pommes de terre auxquelles vous ajouterez un peu de gros sel, ainsi que quelques noisettes de beurre ça et là. (Et là aussi).

Maintenant, étalez le reste de pâte servant à la confection du couvercle, pour un diamètre correspondant à celui du moule, et déposez-le sur les pommes de terre (en guise de couvercle par exemple). Puis allez vous faire un café. Si vous n'aimez pas le café, allez vous en faire un quand même je vous dis, c'est pour la recette, alors m'emmerdez pas. Il en faut peu, mais très serré le café.

Avec un pinceau à pâtisserie (courez, c'est p'tet pas encore fermé !!) badigeonnez de café tout votre couvercle (pas trop de café hein). Puis refermez le pâté avec la pâte qui déborde du moule. Le café a un double intérêt. (Ben voila, chuis encore obligé de me justifier). Il sert à colorer le pâté et à souder le couvercle avec le tour. N'oubliez pas de badigeonner également de café le bord qui est maintenant recouvert. Faîtes un trou au mileu du couvercle de pâte et enfournez.

Pour celles et ceux qui ont oublié de faire préchauffer le four, ben vous avez un gage. Thermostat 7. Quand le préchauffage est bon, le pâté doit rester une trentaine de minutes au four. Avec le reste de pâte, faîtes des espèces de petites galettes, que vous mettrez au four en même temps que le pâté. C'est très bon le matin avec du Nutella par exemple. Chez nous, on appelle ça un chauché, un pilé, ou un taperiau.

*30 minutes environ plus tard*

Oh, le beau pâté !!! bon, mais c'est pas tout. Un pâté aux pommes de terre s'appelle également pâté à la crème dans mon bourbonnais natal, et pour le moment, de crème, que nenni !

Mais l'instant est arrivé. Découpez le couvercle de pâte (vous aurez pris soin de sortir le pâté du four préalablement - enfin c'est comme vous voulez) et mettez-le de côté. Vous voyez alors apparaître les pommes de terre fumantes. Il faut bien mettre tout le pot de crème fraîche très épaisse (pot de 20 cl au moins) que vous avez acheté à la ferme du coin. Le deuxième secret en plus des lamelles de pommes de terre, c'est la qualité de la crème. Répartissez délicatement la crème, en la laissant fondre tranquillement, puis remettez le couvercle sur votre pâté. Réenfournez 5 minutes environ dans votre four éteint, pour que la crème chauffe légèrement.

Servez avec un vin de votre convenance, il n'y a rien de bon comme pinard dans ma région. Le pâté aux pommes de terre se mange chaud, tiède et même froid (moi je l'aime bien froid au petit déjeuner par exemple). Il peut servir d'accompagnement pour un poulet ou un rôti de porc, de plat unique avec de la salade, enfin c'est très pratique et c'est léger...

Ah, disez m'en des nouvelles aussi hein ;)

vendredi, janvier 2 2004

recette

 

devant le succès rencontré avec ma galette, je ne puis vous priver d'un accueil que je vous annonce d'avance grandissime lorsque vous vous pointerez avec ça sous le bras. (pas trop sous le bras, parce que c'est mieux si ça reste horizontal)

Prenez 140 g de poudre d'amandes, 150 g de beurre très ramolli (oui oui, faut tout ça), 3 oeufs, 100 g de suc en poud, deux pâtes feuilletées.

mettez les deux pâtes feuilletées et un oeuf de côté, et mélangez le reste dans un saladier.

découpez une pâte feuilletée un peu plus grande que la tôle à tarte que vous allez utiliser. Versez votre préparation sur la pâte du fond (la grande), sans trop vous approcher du bord. Recouvrez avec l'autre pâte coupée juste à la dimension de la tôle. (Je précise que si vos tôles ont du lait c'est bien aussi).

Dorez la pâte du dessus au jaune d'oeuf (sisi, il vous en reste un) et notamment le tour d'icelle afin de pouvoir recouvrir avec le bord de pâte qui dépasse et ça permet de souder aussi. (Je sais pas si je me fais bien comprendre... C'est dur à raconter comme une histoire ce truc).

Ensuite, faîtes des rayures au couteau sur votre pâte et enfournez 20 à 25 min à four chaud (200°C).

Pour ce qui est de manger, je pense que vous saurez faire...

Si c'est présenté comme une surprise, moi ça a marché. alors disez-moi quand vous aurez testé.

 

mercredi, décembre 24 2003

esprit de Noël ?

 

bah pour cet aprèm je suis pas certain, mais je crois bien. J'ai fait des choux à la crème avec grand-maman.

Tout d'abord les choux (la pâte en fait) : prenez 125g de farine, 100g de beurre, 4 oeufs, 3g de sel, 25 cl de flotte, 15g de sucre.

Mettez dans une casserolle la flotte, le sel, le sucre et le beurre. Quand tout est bien fondu (surtout le beurre évidemment), rajoutez hors du feu la farine en une seule fois, touillez avec vigueur (si vous êtes seul, armez vous de courage - en vente où ça peut). Quand vous avez bien mélangé, remettez au feu un chouïa pour que ça transpire. (Oui, mais c'est la canicule...) Ensuite, ajoutez les oeufs un par un en veillant à mettre le suivant quand le précédent est bien incorporé. Comme vous êtes prudents, vous aurez pensé à allumer votre four à feu moyen. Prenez la plaque que vous aurez également pensé à sortir avant de vous cramer les doigts inutilement la première fois, et posez des noisettes de pâte avec une petite cuiller sur du papier sulfurisé. Enfournez vingt minutes et sortez les choux prêts à gaver (de ce que vous voudrez d'ailleurs).

Le secret ? le papier sulfurisé !!! sinon ça colle.

Mais au-delà des choux, c'était surtout le fait de passer cet aprèm du 24 décembre auprès des 82 automnes de ma grand-mère qui me plaisait. Le plus dur aura été de faire en sorte qu'elle reste assise. Je lui avais dit : "tu bouges pas, quand j'ai besoin d'un truc je demande, tu dis où c'est, et pour le reste on cause." Ben c'est pas facile de la faire tenir en place, mais tant bien que mal j'y suis arrivé.

Oh, si elle a pas dit quatorze fois qu'elle était contente,elle ne l'a pas dit une seule. Faudra que j'en cause d'elle. C'est bien de rendre hommage aux défunts, mais aux vivants c'est sympa également, et puis elle le mérite tant.

P'tet demain, ce serait pas mal au niveau de la symbolique. Mais des jours comme celui-ci, c'est déjà Noël pour moi, n'importe quand dans l'année.

Bisous à toutes et tous et joyeux Noël