lalune

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, octobre 31 2005

:s

Grain de sable, coup de bambou. Ou quand un sanguinaire décide de nier mon existence...

vendredi, octobre 7 2005

déception

non rien

Lire la suite...

mardi, août 30 2005

journée loose

ben ouais, y en a des comme ça...
Juste qu'il en faut pas beaucoup pour faire une douzaine...

Lire la suite...

mercredi, août 10 2005

tu chanteras plus tard

ou pas.

Lire la suite...

dimanche, août 7 2005

allez hop Thérèse, à Créteil !

fin des vacances, lundinite à venir...

Lire la suite...

vendredi, juillet 22 2005

l'éternité c'est long

surtout vers la fin...
P. Desproges

Lire la suite...

lundi, juillet 18 2005

fous la moi bien profond ta grosse hallebarde,

dans mon hémorragie béante....

Lire la suite...

jeudi, juillet 7 2005

doutes en juillet

et ouais, y a pu d'saisons

Lire la suite...

lundi, juillet 4 2005

de la relativité

j'ai eu mon bac

Lire la suite...

vendredi, juillet 1 2005

cherry

on the cake

Lire la suite...

jeudi, juin 30 2005

déchanter

putain de journée

Lire la suite...

mardi, juin 28 2005

parallèle (au bar)

lalune et le TCE
(edit du 29 juin)

Lire la suite...

jeudi, février 24 2005

tout m'agace

tout est dans le titre

ce billet a vocation à disparaitre

ou pas

mercredi, février 16 2005

je pourrais

ben ouais, je pourrais non ?

Lire la suite...

samedi, janvier 1 2005

présenter ses voeux...

c'est l'époque, certes.
Maintenant, il faut avoir l'énergie et l'envie pour...

Lire la suite...

lundi, octobre 4 2004

SBF

Le but de ce post est d'arriver à arracher des larmes à un tronc d'arbre. Ou pas.

Lire la suite...

lundi, septembre 13 2004

les baisés, comptez-vous,

lalune, un !

Se voir dans la quasi obligation d'accepter un taf vidé de tout son contenu intéressant. Se faire encenser par son patron juste pour accepter sa proposition, jusqu'à accepter sa proposition. Jusqu'à accepter les ruines de mon beau projet. Quelle merde.

Se retrouver comme six ronds de flan devant des arguments pas envisagés, et une tête comme un seau qui ne permet pas de trouver la parade. Se dire que ça fera plaisir aux collègues qui m'ont quand même un peu savonné la planche.

Etre trop con. Tenter pourtant de baliser le terrain un minimum. Poser des conditions, s'arrêter en route. Se dire qu'il faut revenir à la charge demain. Envisager d'avoir à réapprendre plein de choses futiles et pas prévues.

Se dire surtout que ça me fera me mettre plus de coups de pied au cul pour mon projet à long terme.

Sentir encore le sable, le gravier et les barbelés électrifiés.

Voila, c'était comme d'hab un post de la rubrique : Et pis non...

mardi, août 31 2004

chercher la cogne

Partir bosser. Ecouter Clarika en boucle. Se rouler en boule. Pleurer.

mardi, juin 15 2004

mauvais

Je suis un très grand méchant qui exagère toujours tout et ne comprends jamais rien à rien. Je suis aussi un jaloux exacerbé. Je suis bien évidemment un enfant gâté tout pourri du dedans qui vaut pas mieux que l'autre mais je vous emmerde par la même occasion.

Et j'aurai sans doute aussi un bol d'acide dans la tronche pour avoir posté ça

De toutes façons c'est pas grave, vu que je vais passer mon week-end à m'amuser alors ...

mercredi, avril 7 2004

à l'ancienne

Ou comment bosser sans ordi, sans bureau, sans téléphone, sans dossiers, sans mail, sans blog, sans messenger, sans chef (encore que bon, sans chef, j'ai l'habitude...), bref, sans rien quoi. Qui a dit sans bosser ? Hum ?

Quasi quatre semaines de travaux donc, en incluant le temps de déménagement et de reconfiguration des lieux (et tout ça bien sûr sans prendre en compte les inévitables retards en vigueur dans le BTP...) Alors naviguer à gauche à droite, une permanence par-ci, une réunion par-là ; je pense que je vais surtout foutre le bordel là où je serai, ils se souviendront au moins de mon passage.

Enfin tout ceci pour dire que ce blog sera sous-alimenté, voire non-alimenté en journée à partir de dorénavant et jusqu'à désormais. Qu'on se le dise (ou pas).

- page 1 de 2