Alors après une étude super rapide, il apparaît qu'il y a au moins autant de façons de préparer du foie gras que de façons de faire cuire des pommes de terre (et bien évidemment, j'inclus purée, frites, etc.). Il est possible de les congeler sans les faire cuire et de les manger comme ça, de les faire pasteuriser, stériliser, de rajouter de l'alcool dedans, ou pas, et j'en passe...
Pour ma part, j'ai cuisiné nos foies de la façon suivante (avec l'aide du maréchal-ferrant d'Embazac, grand maître es-foie gras. Je tenais à le préciser, parce que ça se devine pas forcément...) :
Tout d'abord, préparer le "gris". Le gris, c'est le mélange sel-poivre. Pour un kilo de foie, compter 3 grammes de poivre et 8 grammes de sel.
Ensuite, bien enduire les foies de ce fameux gris. L'intérieur, l'extérieur, bien partout. La sensation au toucher est un peu bizarre, mais pas de chichis, on sait qu'après c'est bon ! Lorsque le foie est bien badigeonné, le faire rentrer dans un pot en verre prévu pour la stérilisation. Bien tasser pour que le maximum de foie tienne dans le pot, car ça réduit quand même pas mal dedans pendant la cuisson. Ne pas aller plus haut que le trait indiqué sur le bocal, car sinon dans le bouillon, ça déborde. Bien mettre le petit couvercle étanche sur le tour très propre de la verrine, et visser le couvercle.
Déposer les bocaux ainsi remplis dans une grande bachole pleine d'eau bouillante. (Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une bachole, c'est un contenant de grande taille, je vais faire simple. Mais sachez quand même qu'une bachole, c'est bien plus que ça !).
Laisser les verrines pendant une heure dans cette eau bouillante, afin que la stérilisation et la cuisson soient complètes. Une fois que l'heure est coulée..., les sortir de l'eau.
Et c'est là que le pire est avenir comme dit Maia : en effet, il faut attendre un bon mois avant de les goûter !!!
Arf...