Mamie Stanislava est une jeune femme accorte de 74 ans. Mamie Stanislava s'est pointée sur mon stand, et a commencé à papoter. Je sais pas si je vais me souvenir de tout, mais ça a donné à peu près ça hier matin. T'façons, il pleuvait...

- Oh, bonjour, ils sont à vous ces animaux ? (sur mon stand, j'ai un classeur avec des photos de mes bourriques)
- Oui madame, ce sont mes bestioles.
- J'aime bien les gens qui soignent les animaux. Vous savez, moi, j'ai sauvé un pigeon !
- Ah bon ?
- Oui, j'habite à côté du jardin du Luxembourg, tout le monde me connaît là-bas, on m'appelle Mamie Stanislava. Et bien j'ai sauvé un pigeon qui avait une patte folle (elle fait un geste avec le bras pour montrer qu'il avait une patte en vrac)
- Mais c'est pas banal ça !
- Oui, en quelques séances, et il était guéri ! Magnétisme, étirements, prières.
- Et bien, et bien... (ben voila, c'est encore ma tournée)
- Et depuis, il me quitte plus. Vous savez ce qu'il mange ?
- Vous savez moi les pigeons...
- Et bien je lui donne du blé, et des cacahuètes.
- Ah mais c'est pas banal les cacahuètes pour un pigeon !
- Oui, mais si je lui en donne pas il me fait la tête. Bon, ils sont à combien vos savons ?
- 4,50 pièce, et si vous voulez, j'en fais trois pour 12.
- Ah, parce que je viens de dépenser pas mal de sous. J'ai acheté une cape de bain, très belle, à une dame très gentille. Elle m'a fait une remise. 25 euros au lieu de 30. Mais c'est de la super qualité remarquez. Et puis je suis une si gentille cliente en plus.
- (mouais, enfin faut dire que sur un marché, hormis la bouffe, si tu marchandes pas, c'est que t'es le roi des buses)
- Notez, j'en ai plein de savons chez moi.
- (hé merde...)
- je fais comme faisait ma maman, je les mets sous la gazinière, pour les faire sécher.
- Vous avez raison, un savon, plus il est sec et meilleur il est.
- On est d'accord. Vous êtes quelqu'un de bien vous. bon, ces savons... Et puis vous savez, en repartant, je suis tombé sur une jeune gitane qui faisait la manche, je lui ai dit : va bosser plutôt, va travailler ! Elle m'a regardé et m'a traitée de sorcière, elle m'a agressé, je suis encore toute retournée...
- Bah, faut laisser dire...
- Vous savez, dans le métro, y a jamais personne qui veut s'asseoir à côté de moi. je dois envoyer des ondes qu'ils aiment pas.
- je sais pas, peut-être.
- Pourtant, vous savez, moi, je pourrais m'asseoir à côté de n'importe qui dans le métro. Jésus, Bouddha, etc. Vous connaissez Bouddha ?
- (Bon, là, ça y est, je suis bien dedans...) Euh, non, pas personnellement particulièrement.
- Vous savez, moi, j'ai une la vision de Bouddha, à 14 ans. Et depuis, je mange comme la reine de Sabbat. Bon, ils sont bien vos savons ?
- Ah oui, beurre de karité, huile d'avocat, etc...
- Bon, je vais vous en prendre trois, parce que vous m'avez apaisée. Quand je repense à l'autre là, brrrr.
- Voici vos savons madame.
- Merci bien jeune homme. Au revoir. et au fait, mon pigeon, je ne savais pas comment l'appeler.
- (Putain, c'est reparti !!!)
- Et en fait, mon fils m'a conseillé de l'appeler Stanislas, donc depuis, je l'appelle Stan. Il est très gentil. il faut que j'aille lui donner ses graines.
- ah oui, les pigeons, faut pas que ça saute de repas !
- Allez, au revoir monsieur. Et vous savez, la dame en face, (qui tient un stand de plantes aromatiques), je vais lui amener une herbe et elle va me dire ce que c'est. Moi je connais pas le nom, mais elle elle est très forte.
- Oui, elle habite pas très loin de chez moi en plus, je l'ai déjà vue deux ou trois fois sur les marchés bio. (putain, je prends des risques là, à en rajouter comme ça.)
- Oui parce que vous savez, je ne prends jamais de médicaments moi. Pourtant, on m'a dit que j'avais du diabète. 1 gramme 53.
- Bof, je me rends pas bien compte. C'est embêtant à partir de 2 grammes non ? (des fois faut tenter des trucs).
- Oui, voila. Et bien avec mes plantes, je suis descendu à 1 gramme 44. Pas mal non ?
- Oui oui, c'est pas mal en effet...
- Bon, allez, je vous laisse. Vraiment, vous m'avez apaisée, merci monsieur.
- Mais de rien, et à bientôt.

(bon, moi, sur ce, je vais aller buter un pigeon...)