j'ai de plus en plus de mal avec la philosophie d'entreprise de mon patron,
j'ai jamais aussi peu gagné de sous, (enfin quasi)
je crois qu'il se fout un petit peu de ma gueule et que malheureusement ça commence à se voir,
lui demande des tas de trucs que je m'arrange pour lui fournir mais que quand c'est moi qui demande il se passe rien (d'où le sentiment de foutage de gueule),

j'ai décidé de commencer d'aller voir ailleurs.

J'avais vu un truc sympa pas loin de la maison il y a quelques jours, mais je me disais qu'avec les ânesses, c'était p'tet pas une bonne idée de changer encore de taf. Et il y avait trop de chiffres.
Renseignements pris, il n'y aurait pas tant de chiffres que ça, et j'aurais le profil pour la place. Pis machin, il commence à me gonfler sévère. Donc bon, rien n'est fait évidemment, mais j'ai quand même envoyé une candidature.

C'est rigolo, moi quand je postule, la petite montée d'adrénaline vient seulement quand je ferme l'enveloppe ou quand je clique sur envoi pour les courriels. J'ai toujours peur d'avoir mal ficelé ma candidature, d'avoir oublié un détail, mal recopié un mot, m'être gouré dans un numéro de téléphone, etc.
Après, le reste, les entretiens, la préparation, ça me fait rien de rien. P'tet paske c'est mon métier de préparer des gens à ça à longueur de journée, mais c'est un exercice que j'adore et que je pense à peu près bien maîtriser (notamment au vu du nombre de boulots que j'ai obtenus récemment).
Alors oui, d'aucuns diront que je suis une vraie girouette, mais je rappelle (pour mémoire) que c'est pas la girouette qui tourne, mais le vent !
Moi ce que je veux, c'est élever des ânes, et là, pas question de girouette !
Ce qui motive tous ces changements, c'est juste de pouvoir bénéficier de ce qui me permettra le mieux d'arriver à mener à bien ce projet.


A suivre donc...