l'ombre de doutes

A mes enfants,

Mes chéris,

Je suis actuellement dans l'attente, l'attente d'une décision de ce que souhaite maman pour la suite. Ca n'est jamais vraiment facile entre nous deux, et tout récemment, une parole malheureuse de ta part mon chéri, que je n'ai pas vue venir et à propos de laquelle je n'ai pas jugé bon d'intervenir (en plus je sortais d'une grosse réunion et n'étais guère attentif) a provoqué une nouvelle crise, peut-être fatale. Il ne s'agit bien évidemment pas de te blâmer, tu n'y es absolument pour rien, tu auras juste été un déclencheur. Et un déclencheur sans bombe ne provoque pas d'explosion.

J'ai tenté en vain à trois reprises d'aller au dialogue (d'habitude c'est l'inverse, c'est moi qui fais l'huître et elle qui vient pour essayer de comprendre) et à chaque fois, je me suis enfoncé un peu plus. Je manque donc de courage pour réitérer des tentatives.

Votre maman est une éternelle angoissée, vous le savez, rien de nouveau. Ca arrive souvent quand les gens sont très intelligents. Ils se posent énormément de questions, sur ce qu'ils font, ce qu'ils aimeraient faire, ce qu'ils auraient pu faire mieux, etc. Moi de mon côté, je ne m'en pose quasiment pas, c'est plus facile à vivre, mais très irritant pour qui s'en pose. D'où la difficulté énoncée au début par exemple.

Si je suis incapable de savoir de quoi sera fait notre avenir à tous les quatre, j'ai quand même quelques certitudes que je voudrais que vous n'oubliiez jamais : Malgré des emportements intempestifs que nous ne comprenons pas toujours, votre maman est une femme merveilleuse, aimante, et attentive. Si je devais par malheur tenir des propos contraires un jour, sachez qu'il ne s'agirait alors que d'une altération temporaire de mon esprit, et que la vérité est celle-ci.

Entendez que pour ma part, j'ai toujours essayé de faire du mieux que je pouvais pour vous trois, habilement parfois, maladroitement trop souvent, et que je compte bien poursuivre, même si les résultats à venir n'ont aucune raison d'être plus fameux que ceux déjà produits.

Ma chance par rapport à maman, c'est que j'ai beaucoup moins de travail qu'elle et que je vous aurai eu près de moi énormément plus qu'elle jusqu'à ce jour au moins. Mais sans son travail acharné et qui lui demande tant de termps et d'énergie, pas de maison aux Friches, pas de maison sympa avec jardin ici, pas de vacances au ski, une alimentation sans doute bien moins saine, etc., etc. etc. Cela non plus, ne l'oubliez jamais. Car si elle fait tout ça, avec juste en retour la souffrance de ne pas vous vois grandir autant qu'elle le voudrait, c'est bel et bien pour vous qu'elle le fait.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet