Mon crapaud,
Récemment, l'Union Européenne (le machin qui nous pond plein de lois décrétées par des gens qui ne savent que très rarement de quoi ils causent mais qui tentent de justifier leurs émoluments) a pris des dispositions sur la cosmétique.

Une loi cadre a donc été élaborée, et charge à chaque état de la retranscrire dans son droit national. La DGCCRF (autrement appelé la répression des fraudes) a donc décidé de se coller au turbin. C'est pas des manches eux, ils connaissent bien le taf mais ont tout de même décidé de se faire aider. Et pour cela, ils ont convié des professionnels du secteur à les aider à rédiger la loi. Ce qui est assez louable. Mais là où j'ai des doutes, c'est rapport aux partenaires choisis. Parce que c'est comme cela que bizarrement, L'Oréal, Yves Rocher et un troisième dont j'ai oublié le nom se sont retrouvés à la table des négociations. Et comme il ressort clairement que le bio prend un essor important mais que eux ça les fait chier, ils ont pris des directives radicales afin de l'éradiquer.

Maintenant, tous les produits cosmétiques vendus devront être stériles ! C'est fini les matières actives. Ou alors, il faudra les tuer d'abord, en rajoutant des stabilisateurs. Bon, L'Oréal et consort, ça les gène pas trop, la bio commençait à leur faire de l'ombre, et avec tous les paraben (le méthylparaben est très fortement soupçonné d'être vecteur du cancer du sein et les phtalates font baisser grtandement la fertilité mais passons...) qu'ils foutent dans leur truc, rien de vivant ne pourrait résister. Et comme ils ne veulent pas que l'on touche à leur tas d'or (les français sont les plus gros consommateurs de cosmétique au monde), ils ont réussi à faire en sorte que la concurrence ne se développe pas.

Alors ton popa, il bosse avec son labo pour essayer de trouver des parades, mais c'est pas gagné.

Chapeau bas messieurs !