petit glossaire pour s'y retrouver dans le texte :
RDI : Répertoire Départ Installation. Sorte de bourse aux échanges pour que les agriculteurs qui veulent céder leur exploitation puissent être mis en contact avec des agriculteurs qui veulent s'étendre ou s'installer. Bourse gérée par les ADASEA.
ADASEA : Association Départementale pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles. Organisme qui gère l'installation des agriculteurs d'une manière générale. Réalise les Etudes Prévisionnelles à l'Installation, entre autres.
DDAF : Direction Départementale de l'Agriculture et des Forêts. Gère les inscriptions pour les examens agricoles, délivre des autorisations d'exploiter, etc. CDOA : Commission Départementale d'Orientation de l'Agriculture. Commission qui décide de qui a droit à quoi en fonction des dossiers présentés - les nouveaux qui s'installent avec les aides de l'état sont prioritaires sur les nouveaux qui s'installent sans les aides, qui eux-mêmes sont prioritaires sur les installés qui veulent s'agrandir


Hier, alors que je farfouillais encore et encore pour trouver une exploitation disponible, je vois sur le site de la DDAF un petit entrefilet, annonçant la libération prochaine d'une exploitation vers Tournan. Un nom de ferme, une superficie, le nom du proprio, point. Pages Jaunes, Google Earth, hop, je trouve, je regarde. Bon, déjà, le mec doit en demander entre 5 et 800 k€. Mais vu que y a pas de prix, j'appelle quand même la DDAF.
Au téléphone, au bout du quatrième transfert de poste, la nana (qui ne se présente pas et assez méchante par rapport à tous les autres interlocuteurs du département) m'explique un peu le topo : En gros, si l'offre est parue sur leur site, c'est qu'il y a déjà un repreneur ! Mais pour des raisons de mise en concurrence, je peux me positionner quand même. Pour ça, je dois remplir un document de demande d'autorisation d'exploiter (16 pages) dont une est à faire remplir par l'actuel propriétaire. Elle me précise quand même que ça va être le parcours du combattant, car étant donné que le repreneur a dû se mettre d'accord avec le cédant, il refusera de me signer mon papier. Elle me précise bien que si le dossier n'est pas complet, il ne sera pas étudié en CDOA...
Je lui fais remarquer que ça rend la concurrence un peu difficile, mais elle m'explique que c'est normal, que c'est comme ça que ça se passe.
Je tente de faire valoir que ça sert pas à grand-chose de publier des offres si c'est pour dire que c'est déjà pris, mais elle me redit que pour des raisons de concurrence, je dois poser ma demande. Je cherche à connaître auprès d'elle les coordonnées du propriétaire, ce qu'elle refuse catégoriquement de me donner, en me disant de chercher moi-même. Sympa.
Je cherche, je trouve le nom mais le prénom est pas le même. Soit, on verra plus tard...

Avant d'appeler l'exploitant, je me dis que je vais passer un coup de fil à l'ADASEA, parce que ces fumiers auraient quand même pu me prévenir... Ils savent que je recherche une petite exploitation sur cette zone, c'est une petite exploitation qui est proposée, je suis inscrit au RDI et j'ai rien eu !
Là, la dame de l'ADASEA, qui est fort gentille - et s'avèrera même être la directrice (je la trouvais bien pointue pour un agent d'accueil...) - me dit que j'ai pas de bol en effet, mais que leurs services n'ont pas eu connaissance de cette offre. Moi, naïf que je suis, je pensais que les agriculteurs faisaient naturellement appel à l'ADASEA pour la transmission de leur bien. Erreur grave : En fait, les agriculteurs du coin ont tellement de facilités à fourguer leurs exploitations, qu'il font appel à ce service dans environ 5% des cas. Et quand ils s'inscrivent au RDI, c'est que soit leur truc est pourri, soit que c'est invendable...
Elle m'explique par ailleurs, mais bien plus gentiement que l'autre, que ça soulait les exploitants de faire passer une annonce légale dans la presse pour la cession de leur bien, et que depuis quelques mois, la parution de l'offre sur le site de la DDAF vaut annonce légale.
En gros, le principe est simple : un mec vend son exploitation. Il en parle dans son entourage, trouve un repreneur, se met d'accord avec lui sur les modalités, le repreneur va déclarer ça à la DDAF, qui met en ligne, et fait passer le tout à la CDOA suivante. Facile non ?
Mais heureusement, la DDAF est là pour assurer les concurrents qu'ils pourront bien postuler quand même.
En gros, tu as quinze jours pour pas pouvoir présenter ton dossier.

Qui c'est qu'est baisé ?