Dans mon nouveau taf à moi, j'accompagne des demandeurs d'emploi à la place de l'Agence. Ils financent ma boîte au nombre de prestas que j'effectue pour leur compte, et moi j'ai des primes en fonction de mes résultats. Ou pas. Je réalise aussi des bilans de compétences, mais c'est pas le sujet présentement.
En ce moment, c'est l'été. Sisi...
Alors demandeurs d'emploi (DE) ou pas, bon nombre de personnes souhaitent partir en vacances. Les assedics autorisent les DE à prendre cinq semaines de congés par an. L'état considère que la recherche d'emploi est une activité à temps plein en soi, et que donc il est normal de pouvoir bénéficier de 'vacances'. Il suffit pour cela de déclarer ses vacances à son conseiller de l'ANPE ou aux assedics. Si vous déclarez pas, ben faut pas vous faire prendre. Une absence à convocation reçue par courrier entraîne le début d'une procédure de radiation...
Mais gare à vous si vous vous trompez dans les dates déclarées et que vos projets changent au dernier moment ! (Par exemple en raison d'une modification de dernière minute des dates de congé de votre conjoint.)
C'est pourtant ce qui arrive à une de mes clientes. Elle avait déclaré deux semaines de congés pour partir avec son mari. Elle a donc accepté une prestation d'accompagnement dans la recherche d'emploi avec mézigue. Il est prévu que dans les prestations, les DE ont droit à deux semaines d'absences consécutives.
Hier, elle revient me voir à son rendez-vous et me dit qu'en fait elle souhaite partir quatre semaines. Je lui explique que je vais devoir déclarer son abandon à l'ANPE, et les appelle afin de voir si la prestation qui avait juste débuté ne peut pas être reportée à son retour de vacances. La réponse vient de tomber ce matin : "Mme Machin s'était engagée à faire la presta, elle a signée les conclusions d'entretien, alors elle partira en vacances plus tard. Elle fait la presta ou elle est radiée."
Reste plus qu'à choisir entre les vacances et les allocs. Et tant pis si son mari part tout seul avec les enfants ou si personne ne part plus.
J'attends donc la réponse de ma p'tite dame pour savoir ce qu'elle choisit, mais sûr qu'elle va être ravie de me revoir quand elle aura finalement choisi par raison et obligation de sabrer ses vacances...

Bon, moi je croyais que les allocations chômage versées par les assedics étaient un droit individuel. Il semblerait que non !! Une presta de trois mois abandonnée avant la fin ? Plus de deux semaines sans donner de nouvelles ? Le refus d'entamer un parcours d'accompagnement parce que ça fait partir de chez soi douze heures dans la journée pour trois heures de regroupement vu que y a pas beaucoup de transports en commun dans le coin ? Vlan, les allocs qui sautent.
Alors en effet, il y a sans doute un peu moins de chômage en ce moment dans le pays.
Et on dit merci qui ?