Hier soir, Valery Guerguiev devait diriger la 4ème de Brückner. Pour une raison qui m'est inconnue, et j'avoue que j'ai pas eu le temps de chercher, les auditeurs de la Halle aux grains ont eu droit à Shérérazade de Rimsky Korsakov - et non pas de vodka, car aucun compositeur ne s'appelle Vodka.
J'avais prévu d'écouter Brückner vu que Radio Classique le retransmettait en direct, mais Rimsky c'est bien également, aussi restai-je à proximité des enceintes. Je me fis d'ailleurs la réflexion que je trouvais l'orchestre du Capitole fort inspiré et en jambes (ou en doigts comme vous voulez) en cette soirée pourrite de décembre, et jouant remarquablement bien avec un chef invité.
Forcément, à la fin du concert, j'ai appris que Guerguiev s'était déplacé avec l'orchestre de Saint-Pétersbourg...
Et apparemment, l'orchestre n'était pas du tout préparé à jouer cette suite orchestrale, aussi dois-je saluer la performance des musiciens, et notamment du violon solo. Je suppose qu'il ne déchiffrait pas la partition, mais quand même.
Alors on dira ce qu'on veut, qu'il y a sans doute bien des trucs à régler en Russie, mais l'orchestre de Saint-Pétersbourg, ça déchire.