Pour les problèmes liés à l'immigration (Non Nicolas, il n'y a pas inévitablement de lien entre immigration et insécurité, tu me le copieras 215786 fois) et au chômage (Non Ségolène, les chercheurs d'emploi ne sont pas tous des feignants, tu me feras autant de lignes) je voudrais vous préciser ceci :

Le taux de chômage aux alentours de 9 et quelques % est maintenu à ce niveau uniquement grâce au bon vouloir des hommes et femmes politiques, et ce pour faire plaisir aux potes d'Enest-Antoine et de Nicole. Un salarié a beaucoup moins de gueule pour réclamer quoi que ce soit quand son patron lui dit : 'hé, t'es gentil coco, mais si t'es pas content, j'ai 200 CV de gens qui demandent qu'à prendre ta place' que quand le chômage se situe aux environs de 2% (ce qui pourrait être le cas dans ce pays) et pour éviter que les syndicats soient trop revendicatifs.

Pour faire baisser le chômage, c'est en fait très simple. Le premier de vous deux qui s'y colle a tout bon. Il suffit pour commencer d'arrêter de détricoter le code du travail, d'essayer d'en annihiler tous les effets, de prôner la flexibilité machin, seul garant de la survie des entreprises gnagna (mouarf !), mais plutôt de le renforcer et d'embaucher quelques milliers d'inspecteurs et de contrôleurs du travail, puis de les envoyer faire leur boulot en farfouillant dans les comptes et livrets des entreprises. Le bâtiment, la restauration, la confection, le nettoyage, les services sont par exemple des secteurs dans lesquels ils pourront constater tous les abus en vigueur, et obliger les employeurs - pour pouvoir effectuer une masse de travail équivalente - à embaucher massivement. Et me parlez pas de délocalisation pour le bâtiment, la restauration ou le nettoyage hein ! Que celui qui va boire son crème en Algérie, fait contruire sa maison en Pologne (pour la ramener en hélicoptère ?) ou fait nettoyer son bureau en Chine me jette la première pierre !! Et puis rien que l'embauche de ces inspecteurs bouchera déjà un tout petit peu le trou.
Quoi ? vos copains employeurs vont râler ?
Ah ben ouais, c'est un peu là le problème. C'est p'tet même sans doute pour ça que personne ne touche à ce phénomène...


Ensuite, les sans-papiers. Régulariser 400000 sans-papiers (je vous le fais à la louche mais c'est les chiffres de la Police) ne devrait pas vraiment gêner le développement économique du pays. L'Espagne en a bien régularisé 800000 l'an passé, et son taux de 'croissance' - puisque vous n'avez que ça à la bouche - ne s'en est pas ressenti le moins du monde. Je m'goure ?
Parce que bon, un sans-papier travaille (c'est même pour ça qu'il vient, pour gagner sa vie, réussir, se faire une place dans la société, et surtout parce qu'il est ASSURE de trouver du travail - au noir, mais du travail). Sauf qu'il ne cotise pas. A rien. Or, tous ces sans-papiers, si ils cotisaient à l'assurance maladie, à l'assurance chômage (avec seulement un titre de séjour et un contrat de travail - titre et contrat qui leur permettraient d'ouvrir un compte (c'est les banquiers qui aimeraient avoir des pigeons en plus), de louer des appartements (ça serait bon pour l'immobilier et empêcherait les créations de squatts qu'il 'faut' dégager en foutant 800 CRS sur le coup), d'investir, etc...), on imagine facilement quel volume de cotisations tomberaient dans l'escarcelle de l'état, cotisations qui font tant défaut et donc participeraient inévitablement à enrichir le pays ! Et déjà, 400000 cotisants en plus d'un seul coup, héhé, belle aubaine non ? Mieux que toutes les politiques de l'emploi depuis, pfiou ! au moins...

Oui mais ça va faire débarquer toute l'Afrique !
Et ben non, c'est faux, et archi-faux. C'est juste et uniquement le fait de savoir qu'ils vont trouver du travail à tous les coups qui fait qu'ils tentent leur chance. D'ailleurs, il n'y a que quelques pays, qui ont une culture qui les incite à partir si ça se passe pas bien chez eux, desquels des gens partent pour tenter leur chance. Le jour où pour travailler dans notre pays il faudra des papiers, le jour où les employeurs sauront que ça leur ferait bien trop chaud aux couilles d'embaucher un sans-papiers, le flux migratoire se régulera de lui-même, et même pas besoin d'immigration choisie.
Dernière chose en forme de conclusion, c'est pas en effectuant des contrôles dans les rues qu'on supprimera l'arrivée illégale de travailleurs (Je préfère cette formule à travailleurs illégaux. Car ce ne sont pas les travailleurs qui sont illégaux, mais les gens qui les embauchent...), c'est en instaurant des contrôles dans les entreprises.

Voila, essayez plutôt ça, c'est facile, et vous m'en direz des nouvelles. Sur ce, bonnes révisions à vous deux.