A vous tous, hommes politiques omniscients, journalistes avertis, philosophes éclairés, économistes visionnaires, notables sûrs de votre fait, sachez tous bien, mais alors tous, que je vous conchie et que je vous vomis par tous les trous ! (et ce pour une durée indéterminée à ce jour)
Je viens de tomber une fois de plus sur un reportage dans lequel un philosophe (le pote de Jacquot, vous voyez de qui je parle) explique doctement concernant cette putain de constitution pourrie, que voter oui est un vote de raison, et voter non un vote de passion. Et bien sache mon grand que je t'emmerde, mes raisons de voter non se situent sur un autre terrain.
Tu m'expliques que hors de nos frontières, l'opinion est qu'il y a des extrêmes en France de plus en plus puissantes. Et bien sache mon biquet que je ne suis d'aucune de ces extrêmes-là.
Et arrête de tenter de me foutre dans des cases sans rien savoir de moi, ça me donne envie de te démettre la tronche.
Déjà VGE essayait de faire diversion il y a quelques jours en émettant des options fumeuses sur les raisons qui vont pousser les gens à voter non. Alors même si j'en avais déjà parlé en son temps de façon sommaire, une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal.
En plus il n'est pas le seul, Yoyo en a remis une couche récemment, zi-aille-ou aussi (entendez Delors). Me marrerais de voir ce que donnerait un référendum interne au PS s'il avait lieu aujourd'hui tiens... Ah c'est pas facile d'être un homme politique. Je les imagine déjà tous, les Hollande, Jospin et autres DSK, prendre leur mine grave et solennelle, pour défendre le non qui aurait pu avoir été choisi, avec la même (apparente) conviction qu'ils prennent pour défendent le oui.
Enfin avec des amis comme ça, on n'aurait pas eu besoin d'ennemis...
Car le problème est bien là. Ils sont tellement sûrs de leur fait, tous, du bien-fondé de leur pavé de papier qu'ils sont incapables ne serait-ce que d'imaginer que l'on puisse penser (déjà) et autrement qu'eux (horreur !!).
A vous tous, messieurs les hommes politiques (de tout bord), lorsque vous arrêterez de prendre le petit peuple pour quantité négligeable (ben quoi, on peut rêver non, c'est pas encore interdit), le jour où vous ferez au moins semblant d'écouter, de regarder et de sentir ce qui se passe, peut-être retrouverez-vous le crédit qui a été celui de vos prédécesseurs, jusqu'au milieu du siècle dernier.
En attendant, ne vous étonnez pas que vos adhérents habituels soient plus que partagés et que chacun se tourne vers d'autres pourvoyeurs de réflexion.
En attendant, arrêtez de me dire que je vote non parce que ma facture de gaz a augmenté, que je vote non parce qu'il fait pas beau, que je vote non parce que ma nana s'est tirée avec le plombier (je l'invente pas, c'est l'autre philosophe de mes couilles qui a utilisé cet exemple), etc.
Essayez de comprendre pourquoi tant de gens veulent voter non.
Et tentez plutôt de m'expliquer SEULEMENT en quoi l'Europe sera plus solidaire et plus juste avec cette constitution qu'à l'heure actuelle. parce qu'il faut bien admettre qu'actuellement, c'est pas terrible terrible hein...
Et laissez moi décider si je veux voter oui ou pas après.
Et surtout s'il vous plaît (et même s'il vous plaît pas d'allieurs, je m'en cogne), gardez vos leçons pour vous !!!

Avec tout ce cirque, je me demande bien pour qui je vais pouvoir voter aux prochaines échéances nationales moi...