et hop, créage d'une nouvelle catégorie : les tribulations du gars lalune dans sa quête de logement. C'est pour m'en souvenir plus tard, et voir si ça aura été galère ou si j'aurai réussi un hold-up.

Mardi 31 août 2004, décision de se bouger un p'tit peu et de se mettre à chercher une maison. Courrier de relance à la société d'HLM de Paris dont j'avais déjà bénéficié des services pour demande de relogement éventuel.

Mercredi premier septembre midi, rdv au service logement de la mairie où je bosse. Oeil cocker triste numéro 7 ter (mon meilleur), pleurage un petit coup, et réception d'une grande liste de documents à fournir pour le précieux sésame : le numéro départemental unique. La gentille dame me comprend (ou fait semblant) et m'explique que vu mon métier etc, ils pourront peut-être faire passer mon dossier en urgence (trois mois au mieux). Sauf que ce qu'ils pourront me proposer se situe à 200 mètres de mon lieu de travail. Ca pourrait paraître sympa, si ce n'est que c'est au-delà du bout du monde pour les gens que je fréquente, et que c'est là où crèchent les jeunes dont j'ai en charge le suivi dans la journée. Ca m'emballe pas.

Jeudi aprèm, discussion avec une collègue des diverses stratégies d'attaque possibles. C'est p'tet pas si bouché que ça ailleurs, mais va falloir jouer fin, et je suis pas sûr de savoir faire.

Ce soir en quittant le taf, aller voir un bailleur à côté du bureau et présenter mon cas. Attendre et voir. (Mais pas trop).