Mon après-midi s'annonçant particulièrement chaud sur le plan professionnel, je me sens cependant d'humeur assez badine ce matin pour avoir envie de parler de quelqu'un que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps : Clarika.

Bon, ceux qui me connaissent savent que la variété française (pas plus qu'internationale d'ailleurs) n'est pas forcément ma tasse de thé. A part Sheller, Chanson Plus Bifluorée et San Severino, je ne supporte pas grand-chose. Pourtant, j'ai découvert cette chanteuse, et je m'écoute ses titres en boucle. C'est cyclique chez moi, cherchez pas. La dernière fois que j'ai écouté cette chanteuse ? Ben ce matin en wature.

Pourquoi j'aime Clarika ? ben voila une bonne question ! Je ne suis même pas bien sûr de savoir pourquoi moi-même... Elle chante pas très juste, voire même un peu faux dans beaucoup de ses chansons, je pense que l'on peut dire que la gent masculine n'est pas portée en triomphe dans la plupart de ses textes (moi ça me fait plutôt rire d'ailleurs), mais bast.

En fait, ce qui m'attire, c'est sa voix. Il y a des voix comme ça qui me scotchent. Je me souviens d'Arielle Buteau qui avait une chronique le vendredi soir sur France Musique quand j'étais au lycée. Je me démerdais au maximum pour avoir un poste à portée d'oreille entre 19h et 20h, sinon j'étais grognon. J'aurais pu l'écouter parler pendant des heures. Clarika c'est pareil. Elle me lirait l'annuaire ou la liste des déportés d'Auschwitz mis en musique, je crois que j'aimerais quand même.

Je pense que ses textes sont de valeur inégale, enfin je veux dire par là qu'il y en a que j'aime pas du tout, mais tant que c'est elle qui les dit... Elle raconte pourtant la vie de tous les jours, la tienne, la mienne, celle du voisin, avec un parler clair et franc. Le 'pull-over en laine', 'mes p'tites vacances', 'ça s'peut pas', 'la fille tu sais', etc.

J'encourage tous ceux qui ne la connaissent pas à passer faire un tour dans une médiathèque ou chez un bon disquaire. Forcément, elle, elle passe pas à la radio. J'en suis à peu près certain, car le Toon connaissait pas. Et si le Toon connaît pas, c'est que ça passe pas à la radio...

*repense à sa voix aussi douce que...*