quelques petits rappels :

Laïcité : système qui exclut les églises de l'exercice du pouvoir politique ou administratif, et en particulier de l'organisation de l'enseignement public. (Larousse 1997)

Prosélytisme : zèle ardent pour recruter des adeptes, pour tenter d'imposer ses idées. (Larousse 1997).

Il semble alors aisé de définir la laïcité comme une interdiction absolue de tout prosélytisme, en faveur de quelque religion que ce soit, dans tous les espaces publics de la République. Par contre dans la sphère privée, c'est la liberté donnée à chacun de pratiquer un culte, d'en changer, ou de n'en pratiquer aucun.(A. Bauer 2003)

loi de décembre 1905, dite de la séparation de l'église et de l'état : loi qui a permis de séparer les églises et l'état, tout en garantissant la liberté de culte, afin que chacun puisse accéder au service public, quelque soit son culte, sa naissance, son origine.

Et si cette loi était appliquée ? et si on en revenait à ce qu'elle stipule, à savoir pas de signes du tout ? Ca a l'avantage d'éviter le distingo entre 'bons' et 'mauvais' signes, et permet aussi de rester dans le cadre de la loi républicaine, évitant ainsi moults palabres inutiles et stériles.

Mais c'est certainement trop facile...

*quelquefois pourtant, derrière un léger voile se cache...*