et vive la France !!!!!

bon, c'est pas de moi, mais j'aurais aimé...

"Après la lutte contre le tabagisme et l'alcool au volant, le gouvernement poursuit son Suvre de santé publique. En cause, le fromagisme et ses conséquences sur les maladies cardio-vasculaires. Le Ministère de la Santé espère ainsi résorber le déficit de 153 millions d'euros de la Sécurité Sociale dû au remboursement de ces seuls soins. En dépit des réactions de la FNSEA et des trafics qui commencent déjà à s'organiser, Jean-François Mattei annonce que les premières mesures prendront effet le 1er janvier 2004.

Une priorité de santé publique

Suite au succès des campagnes contre le tabac, le gouvernement a décidé de poursuivre son Suvre de santé publique, en s'attaquant cette fois aux consommateurs de fromage. En effet, plusieurs études menées par le Ministère de la Santé montrent que la consommation de cet aliment, causant une recrudescence de cholestérol chez bon nombre de patients, avait des répercussions tragiques en termes de risques cardio-vasculaires. Le déficit de la sécurité sociale pour cette seule maladie serait estimé à 153 millions d'euros. Il convient enfin d'ajouter à ce chiffre les victimes du fromagisme passif par inhalation, impossible à estimer à ce jour.

C'est comme le Port-Salut&

Jean-François Mattei a donc annoncé le 27 octobre une série de mesures destinées à enrayer la consommation de fromage en France. Selon le ministre, « afin de ménager l'opinion publique et de prendre le temps du changement », ces mesures seront « affinées progressivement ».  Dès le 1er janvier 2004, les Apéricube seront tout simplement interdits. En effet, s'explique M. Mattei, « ils sont l'élément-clé d'un apéritif réussi. Or, comme chacun le sait, les apéritifs sont le moment privilégié pour se livrer à la consommation d'alcool et de tabac. Dans cette optique, notre projet est plus que cohérent », se félicite-t-il. A cette même date, la mention « Manger tue », devra également figurer sur tous les couvercles et emballages de fromages, et occuper 1/3 de la superficie du support. Une autre mention devra figurer sur les emballages, au choix du fabricant parmi : - « Manger du fromage nuit à la santé de votre entourage » - « Manger du fromage donne mauvaise haleine » - « Manger du fromage fait puer des pieds »

Concertation, fermentation

Le gouvernement convoquera prochainement les représentants des fabricants d'appareils liés à l'industrie du fromage. Ainsi une source proche du ministre de la santé rapporte que Tefal pourrait se voir obliger à « ramener à 2 le nombre de pelles à raclette sur ses appareils » (contre 6 à 8 aujourd'hui, ndlr). A terme, la production de ces appareils sera tout bonnement interdite. Une enveloppe budgétaire sera votée au printemps pour ces fabricants, déjà fortement touchés par la crise. L'ombre des licenciements auxquels Moulinex avait dû procéder dans un contexte similaire plane sur ce projet de loi. Mais le ministre de l'économie, Francis Mer, se veut rassurant : « Nous sanctionnerons gravement les patrons voyous ».

Changer de crèmerie ?

On peut toutefois s'interroger sur la portée de ces mesures, sachant que les principaux concurrents de la France en ce domaine sont aussi de proches voisins : Suisse (emmental), Hollande (gouda, mimolette, édam). Mais il est à noter également que la contrebande s'organise d'ores et déjà à l'intérieur de nos frontières. Ainsi dans le Larzac, dans le Cantal ainsi qu'au pays basque, de nombreuses variétés ont déjà vu le jour, qui échappent à toutes les normes sanitaires en vigueur. Si le ministère multiplie les contrôles pour démasquer les contrebandiers, nombre d'entre eux sont toujours introuvables, souvent aidés par une population locale complaisante.

Grandeur nationale

Les réactions à l'annonce de ce projet de loi n'ont pas tardé. Répondant au communiqué de la FNSEA intitulé « Du pain, du vin, et c'est déjà bien », Nicolas Sarkozy, jamais avare de formules, est aussitôt intervenu dans la polémique : « Tout va de mal en pis par la faute des socialistes qui ont été trop coulants. Maintenant il convient d'être fermes sur ce sujet, car il faut que les français le sachent : il ne pourra y avoir qu'un seul
Président en 2007 ! ». Le président Chirac lui-même est sorti de sa réserve pour qualifier ce projet de loi de « courageux et patriotique », avant d'ajouter : « la France ne peut plus tolérer d'être raillée sur la scène internationale comme étant le pays des fromages qui puent ; il y va de la grandeur de notre Nation ». Et de conclure : « Au train où vont les choses, la vache qui rit ne rira plus très longtemps ».

Gageons que le gouvernement, courageusement lancé sur le front des réformes, ne laissera pas retomber le soufflé&

*se demande si depuis des mois, le gouvernement n'est pas en train d'essayer de nous le mettre dans...* (depuis le temps que je cherchais à la caser celle-là...)