déjà, faut aller lire , que sinon vous comprendrez rien...

"Force est de constater que le rugbyman veut se mettre en valeur en chaussant des maillots trop petits pour eux. Ça moule." : Alors déjà, ces maillots ont été mis au point par leur équipementier, parce que pour mémoire, le rugby étant un sport dans lequel tu as le droit de choper le gars d'en face avec les mains, si le maillot glisse, ça laisse toujours ça de prises potentielles en moins.

"le rugby est un sport raisonnablement simplet." : il est vrai que les règles sont un chouïa plus compliquées que le foot, qui lui n'a pour seule règle que le hors-jeu, au sujet duquel d'ailleurs, personne est fichu de trouver un moyen imparable pour savoir s'il y a faute ou pas. ce qui permet de laisser toute lattitude aux nombreux beauf abiérés (ben quoi, on dit bien avinés) de faire des commentaires pendant des mois, en accusant, le bon dieu, la fatalité, et l'arbitre que t'aimes bien, dont j'ai oublié le nom.

"J’ai la balle, je cours, je me tape la tête contre un mur (bleu ciel et blanc aujourd’hui, très noir ces deux dernières semaines), je me couche toi là, je lâche le ballon puisqu’apparemment, c’est ce que les armoires normandes d’en face recherchent à coups de crampons alu de 18 sur des tempes découvertes. D’autres gars me prennent le ballon ente les jambes avec souvent, un testicule mêlé puis le lance à un copain de la même casaque bourrinée en arrière." : il est vrai que la règle de base consiste à filer le ballon à un gars qui est derrière toi. (D'où le problème du hors-jeu réglé. niark niark) Enfin partiellement, car il y a aussi des hors-jeu en rugby, mais passons. Si tu manges de la ferraille encramponnée, c'est bien fait pour toi ! Tu n'étais pas à ta place. Et pis les crampons, ça forge le caractère.

"C’est un cycle sans fin jusqu’à ce que, par un hasard que les spécialistes appellent tactique, un joueur moins bête que les autres décide de se démarquer et de faire un slalom entre les poteaux télégraphiques adverses au lieu de foncer dans le tas." : le joueur moins bête que les autres aura bénéficié des stratégies mises en place par ses copains pour créer une brêche dans la défense et pourra ainsi courir poser le ballon dans l'en-but. Rien donc de stratégique là-dedans en effet, juste la chance ?

"Le but étant, on l’oublie trop souvent, de porter la baballe aux rebonds illogiques derrière une ligne (notons bien qu’il ne faut même pas viser pour marquer un essai et qu’il n’y a pas de filet)." : Il est à noter que la "baballe" n'a pas de rebonds illogiques, c'est le ballon rond qui rebondit connement toujours pareil. Sans doute pour faciliter la tâche à Cannavaro...

"Le jeu est très souvent interrompu à cause de pénalités suite à des fautes incompréhensibles (même avec la vidéo) : en avant (sans Guingamp), manchette à la pomme d’Adam, placage d’un gars sans ballon, arrachement des ligaments du genou, crevaison des yeux, torsion des testicules restantes, et autres délices moyenâgeux." : toutes les fautes commises sont explicables, et expliquées par l'arbitre au joueur. Qui peut soit les accepter de bon coeur, soit faire reculer son équipe de dix mètres s'il râle. S'il continue de râler, son équipe recule à nouveau de dix mètres. En transférant cette règle au foot, le coup-franc perdrait tout intérêt, car c'est nul de tirer un coup-franc quand on est déjà dans le but, et Junhinio ne serait pas la star que l'on sait.

"Donc, aucune fluidité, aucune vision du ballon (puisqu’ils s’agitent frénétiquement dessus), actions répétitives et mauvais exemple pour la jeunesse." : pour voir le ballon, il faut en effet souvent savoir à peu près à quel endroit il doit se trouver, ce qui est tout de même relativement simple pour qui connaît deux ou trois règles : soit il est dans un tas qui avance que l'on appelle un maul, soit il est dans un tas qui n'avance pas que l'on appelle mêlée fermée, ouverte (ou bleue mais c'est plus rare) mais rassurez-vous, il travaille, soit il est sorti au gus à côté par la droite ou la gauche, ou enfin quelqu'un a botté dedans pour mettre la défense d'en face en difficulté. Quant à l'exemple pour la jeunesse, tu conviendras quand même, pour parodier coluche, que c'est plus facile de bouffer à la cantoche quand tu fais rugby que quand tu fais curling...

"A côté de cela, ma femme est capable de se poser dix minutes sur le canapé, sans qu’on la force, pour observer librement ces trente gaillards tandis qu’elle ne décroche pas un regard contre un match stressant de L1 : Sedan – Nice." : et tu te demandes encore pourquoi ?

"Sinon, le mois de septembre 2007 risque d’être difficile à supporter." : il va en effet être dur à supporter. Nerveusement...


J'espère que ces quelques éléments auront éclairé ta lanterne et te ramèneront vers le droit chemin du sport, fait de valeurs, de combat, d'esprit d'équipe, et pas de ballon d'or, de trucage de matchs, de hooligans et de dopage caractérisé.

PS : c'est un plaisir que de te raconter ce grand jeu, et on regarde un match du tournoi quand tu veux.

PS2 : Bré, c'est Stéphane Bré ton pote...
:p